Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais cet avoir est grevé d’un passif considérable, dont une partie provient des dettes contractées à l’occasion du procès.

Emprunts en argent à divers 7,000f .00

Emprunts à Joseph Oustalet, fils de Savina, sur sa prime d’engagement en 1869. 1 ,300 00

Dot de Pierre Cazaux, gendre, qui l’a versée en entrant dans sa nouvelle famille[1]

Emprunts en argent à divers 7,000f .00

Emprunts à Joseph Oustalet, fils de Savina, sur sa prime d’engagement en 1869. 1 ,300 00

Dot de Pierre Cazaux, gendre, qui l’a versée en entrant dans sa nouvelle famille 4,300 00

Reliquats de dots dues aux frères et sœurs de Savina, et revenant par achat ou donation à Marthe et à son mari. 3,900 00

Total. 16,500

Il faut déduire de ce passif les avancements d’hoirie, comptés à trois des sœurs de Marthe en espèces ou en trousseaux. 4,300 00

Reste pour le passif. 12,200 00

Total de l’actif. 32,212 59

Actif net. 20,012


Par son contrat de mariage du 22 octobre 1861, Marthe avait été gratifiée du quart des biens de ses père et mère, à titre de préciput. La même disposition avait été prise par les auteurs de Savina en faveur de leur fille dans le contrat du 6 février 1838. On saisit là une habitude encore vivante, celle d’instituer l’héritier ou l’héritière au moment du mariage du premier-né.

C’est un legs du passé et de la Coutume.

  1. Pierre Cazaux était le fils aîné de sa famille ; mais il a cédé le pas à sa sœur, qui a été instituée héritière, et il a introduit un gendre dans la maison à sa place. (Voir, sur les avantages de l’institution de l’héritière, § 16, et ci-après XII.)