Page:Le Play, L’Organisation De La Famille, 1884.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


§ 12

LA FAMILLE-SOUCHE, LE FRANC-ALLEU ET LE RÉGIME REPRÉSENTATIF

Le régime féodal, tel qu’il fut constitué sous le règne de saint Louis (1226-1270)[1], donna au peuple une prospérité qui n’avait point eu de précédents sur le territoire de la France. Il puisa cette fécondité dans le jugement sain, la vertu, la perspicacité et l’énergie du roi[2] ; mais il devint stérile et dangereux, à mesure que ces qualités s’amoindrirent dans la race des souverains. Ce régime ne fut point à l’épreuve de la corruption ou des attentats des gouvernants, et les efforts faits pour remédier au mal n’aboutirent en général qu’à troubler la paix publique. La résistance légitime des pouvoirs qui relevaient directement de la royauté dégénérait habituellement en désordre. Les grands vassaux et les princes apanagés, lorsqu’ils avaient le devoir de s’opposer au souverain, allaient presque toujours au delà du but : ils cherchaient à se rendre indépendants avec l’appui de l’étranger ; ils entraînaient dans la révolte leurs propres vassaux, et ils provo-

  1. L’organisation du travail, p. 78.
  2. Joinville, Histoire de saint Louis (en langage moderne), 1 vol, in-18, Paris, 1868.