Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 1.djvu/117

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Que c’est chose saintefiée,
Si ne doit pas estre mengiée
Devant que ele soit partie.
Si m’en jetez jus ma partie,
Que trop me feriez grever
Se lasus m’estovoit monter ;
Mès fetes ore que cortois,
Si mengerez tant con voudroiz,
Si serez de vostre foiz quites.
2340Renart, que est-ce que vos dites ?
Il semble que vos soiez yvres,
Je nel’ feroie por cent livres.
Vos déussiez moult bien savoir
Que tele chose à grant pooir,
Ce est chose saintefiée,
Si ne doit pas estre mengiée
Desoz croiz ne desoz mostier,
Moult la doit-l’en bien essaucier.
Biau sire Tybert, ne vos chaut,
2350 Car poi de place a là en haut,
N’i porrions ensemble ester,
Mès or le faites conme ber,
Puis q’aval venir ne volez.
Conpains Tybert, bien le savez
Que vos m’avez vo foi plevie
De porter loial compaingnie :
Conpaingnon se il sont ensemble
Et il trovent rien, ce me semble,