Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 1.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ensemble doivent bien partir
2360Se lor foi ne veulent mentir.
Partez cele andoille lasus,
Si m’en getez ma part ça jus,
J’en prendré le peschié sor moi.
Non feré, dist Tybert, par foi :
Conpains Renart, qu’est-ce que dites ?
Pires estes que sodomites,
Qui me rovez chose jeter
Que l’en ne doit desenorer.
Par foi jà n’auré tant béu
2370Que à la terre le vos ru,
Moult empireroie ma foi,
Ce est saintisme chose en loi.
Andoille avon, bien le savez,
Conter l’avez oï assez,
Or vos diré que vos feroiz :
Vos souferroiz à ceste foiz,
Et je vos en doing ci le don,
La premiere que troveron
Si sera vostre sanz partie,
2380Jà mar m’en donrez une mie.
Tybert, Tybert, ce dist Renart,
Tu charras encore en mes laz,
Se tu vels si m’en giete un poi.
Et dist Tybert, merveilles oi,
Ne poez-vos dont tant atendre
C’as poins vos en viengne une tendre