Page:Le Roman du Renart, 1826, tome 1.djvu/119

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Qui sera vostre sanz doutance ?
N’estes pas de bone atendance.
Tybert a lessié le pledier,
2390Si aqeut l’andoille à mengier.
Qant Renart vit qu’il la menjue,
Si li troble auques la véue :
Renart, fet Tybert, moult sui liez
Qant vos plorez por vos pechiez ;
Diex qui connoist sa repentance,
Le vos atort à penitance.
Ce dist Renart, or n’i a plus,
Mès tu vendras encor ça jus,
A tot le mains qant auras soi
2400T’en convendra venir par moi.
Ne savez pas, ce dist Tybert,
Conme Diex m’est amis apert,
Encore a tel crués delez moi
Qui m’estaindra moult bien ma soi ;
N’a encor gueres que il plut,
Et de l’eve assez i estut
Ou plus ou mains d’une jaloie
Que je bevrai conme la moie.
Toutevoies, ce dist Renart,
2410Vendrez-vos jus ou tost ou tart.
Ce n’ert, ce dist Tybert, des mois.
Si sera, dist Renart, ainçois
Que set anz soient trespassé,
Et qar l’éussiez-vos juré,