Page:Le Roy - Réflexions sur la jalousie.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


révolté de l’idée d’exposer au ridicule un homme qu’on a souvent & sincérement applaudi. Qu’il s’y dévoue lui-même, à la bonne heure ; mais en pareil cas une indignation sérieuse est ce qui convient le mieux à la raison.

M. de Buffon & beaucoup d’autres ont avancé & prouvé que la mer a occupé successivement une grande partie du globe ; cela est démontré par d’immenses amas de coquilles de mer qui se trouvent dans plusieurs montagnes, & ailleurs dans le sein de la terre. Ces médailles incontestables du séjour de la mer rendent peut-être ce fait un des plus avérés qu’il y ait dans aucune histoire. M. de Voltaire, pour qui les monumens ne sont rien, & qui souvent dans l’histoire a jugé des faits par des vraisemblances, ne veut pas absolument que nous en croyons nos propres yeux : il ose soutenir que ces coquilles ne viennent pas de la mer, d’abord parce qu’il ne sait pas comment elles auroient pu en venir : ensuite, parce que leurs débris ont le goût salé, car il les a goûtés ;