Page:Le Tour du monde - 03.djvu/384

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le dos de la main. Enfin leurs pieds nus et d’une délicatesse exquise ne sont protégés que par des sandales en cuir brodé d’assez jolis dessins.

Tel est le costume général du beau sexe dans le Fouta-Djalon.

Après huit jours d’impatience fiévreuse, je vis enfin arriver Abdoulaye et Oumar, mais tous les deux assez mal disposés pour moi ; le premier, parce que je l’avais fait marcher plus vite et plus longtemps qu’il ne l’aurait voulu pour me rejoindre ; le second, par suite des contes qu’on lui avait faits sur le but de mon voyage. Quelques raisonnements, appuyés d’un léger cadeau, vinrent facilement à bout de la mauvaise humeur d’Abdoulaye ; Mais je n’eus pas aussi bon marché des préventions de son frère. À cet esprit soupçonneux, les notes que je prenais en chemin, les croquis que l’on m’avait vu faire, révélaient clairement mes desseins : « J’avais écrit le pays, afin de pouvoir m’en emparer plus tard. — Puisque j’étais parvenu au cœur de la contrée, je pourrais y guider plus tard une armée d’invasion. — Il ne pouvait me laisser pénétrer plus avant, sans en avoir reçu l’ordre du chef de Labé. »

Les rives du Kakriman. — Dessin de Sabatier d’après M. Lambert.

Trois longs jours de luttes diplomatiques, pendant lesquels j’épuisai tous les tropes de la rhétorique, toute la gamme de l’éloquence, depuis l’indignation contenue jusqu’à la menace ouverte, amortirent, sans les dissiper complétement, les doutes du farouche Oumar ; heureusement à l’aube du quatrième m’arriva un auxiliaire inattendu, en la personne d’un messager chargé par le puissant chef de Labé de me transmettre les paroles suivantes : — « Que le blanc sache que nous sommes très-contents de son arrivée parmi nous. Oumar a eu tort de lui parler comme il l’a fait au sujet de ses écrits. Nous savons que les blancs ne sont pas comme nous ; tout ce qu’ils voient ils l’écrivent et ils en composent ensuite des livres que tout le monde lit et qui consacrent leur mémoire dans l’avenir. Les principaux de Labé et moi nous eussions bien voulu le recevoir dans cette ville, mais quelques-uns des anciens s’y opposent et je n’ai pas voulu les contrarier. Qu’il aille donc directement voir l’almamy, et s’il me destine un présent, qu’il le remette à Oumar qui me le fera parvenir. »

Lambert.

(La suite à la prochaine livraison.)