Page:Le Tour du monde - 05.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cisco, mais non sa femme. La traversée dura six mois, et notre voyageur conserva tout le temps même habit et même chemise. Grâce à une couverture qu’une âme compatissante du bord jeta sur ses épaules, il ne mourut pas de froid au cap Horn.

En vue de San Francisco, le père Barbet, plein d’illusions, n’aurait pas donné sa place à bord pour cent mille francs, et tous ses compagnons pensaient comme lui. Il n’y avait qu’à se baisser par terre pour ramasser l’or à pleins boisseaux.

La vallée de Yosemity. — Dessin de Paul Huet d’après une gravure californienne.

Aubert, ancien pêcheur de Terre-Neuve, ancien boulanger, grand chasseur de lièvres et d’écureuils, mineur à ses heures, brocanteur de claims (portions de placers) qu’il revend aux Chinois, mais toujours et par-dessus tout franc buveur, a également droit à une mention (voy. le dessin p. 31). Le pic sur l’épaule, la battée à laver l’or sons le bras, il est là, « prospectant » le terrain ; il s’en va à la découverte, flairant les terres encore vierges et les sables riches en pépites. Quand il aura ainsi rencontré un endroit convenable, le prospecteur marquera son claim. Il annoncera au public par une notice en anglais, et clouée à un poteau fiché en terre, qu’à partir de ce point à un autre point correspondant, situé à cent cinquante pieds du premier, il se propose de commencer une exploitation. Il attendra trois jours, et si aucune réclamation ne se produit, le travail commencera immédiatement. Il aura droit, du reste, à autant de fois cent cinquante pieds sur le cours du ravin qu’il aura de travailleurs avec lui. Sur un filon, c’est trois cents pieds que l’on prend, et c’est six cents pour le premier qui l’a découvert. Dans tous les cas l’exploitation doit se continuer sans autre interruption que celle de trois jours sur les placers et d’un mois sur les mines. Mais il est avec la loi des accommodements, et il suffit de laisser quelques outils dans un chantier pour éloigner le jumper. On nomme ainsi le mineur qui saute sur les chantiers en chômage, et vient continuer pour son propre compte, et légalement, les travaux quelque temps abandonnés.

La loi qui régit les mines en Californie est des plus simples et des plus expéditives, et c’est grâce à de telles mesures que cet État a pu devenir, en quelques années, un pays classique, tant pour le lavage de l’or que pour le travail du quartz aurifère. L’exploitation de la richesse minérale, abandonnée à l’activité de tous, ne chôme jamais, et c’est à qui réussira le mieux et le plus vite.

Aubert est bien de cet avis ; mais, pour faire diversion au travail des placers et à ses études géologiques de prospecteur, il a tellement bu d’eau-de-vie, que le delirium tremens le tourmente, et que l’asile des aliénés de Stockton est peut-être à cette heure son dernier domicile.

Un de ses compagnons, Louis, blanchisseur à Coulterville, et grand amateur de pipes, professait comme