Page:Le Voyage des princes fortunez - Beroalde, 1610.pdf/838

From Wikisource
Jump to navigation Jump to search
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
791
fortunez. Entreprise IV.


vous ay promiſe, il m’eſt auis que vous ne de uez point deſirer que i’en cherche autre teſmoignage.

_________________________________________________________________


DESSEIN VIII.


L’Empereur de retour en la sale conſent & iure les alliances, moyennāt qu’il ayt Etherine. Le Cenotafe du Prince François eſt ordonné. L’Empereur embraſſe Etherine.



LA Sale eſtant ouuerte, le bon Meliquaſte ramena l’Empereur, lequel on fiſt aſſeoir où parauant il eſtoit : Et la Souueraine luy diſt, Sire auant que nous paſſions outre il eſt conuenable que vous nous declariez ce que vous eſtes venu chercher icy, & pourquoy vous y eſtes acheminé. L’Empereur. Madame ie recognois icy voſtre Souueraineté, & vous declare naiuement que ie ſuis venu en ce lieu Pelerin d’Amour, rendre mes vœux à l’honneur, pour y trouuer l’alegement qui m’a eſté promis, & aſſeuré par les Princes, deſquels iamais le Cōſeil ne m’a deceu, auſſi ie ſuis tout certain de trouuer mon bien en ce pais : Et pource ie vous prie en ſuiuant l’arreſt prononcé fidellement pour moy, que ſelon les loix & ſtatuts de ceans puis que ie m’y ſuis ſoubmis, i’obtiene ce qui m’eſt octroyé. Que l’affliction mortelle qui m’a preſſé depuis ma perte, ſoit iointe à ma repentance, en ſatisfaction & reparation de ma faute & offence, que mes ſouffrances tant difficiles me ſoyent vne iuſte penitence, affin que ie trouue fin à mes calamitez. La Sovveraine. La circonſtance du temps, l’eſtat des affaires, la raiſon de ceſte aſſemblee, la diſpoſition des eſprits,


DDd iiij