Page:Le financier et le savetier.pdf/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



BELAZOR.

Rétrogradez !… Que sollicitez-vous de moi ?


LARFAILLOU.

Ça va peut-être vous étonner… Je voudrais me marier avec votre petite.


BELAZOR.

Ciel ! vous aspirez à la main de mon unique demoiselle !… vous voulez épouser mon Aubépine. Vous avez donc des capitaux ?


LARFAILLOU.

Ah ! ouiche !


BELAZOR.

C’est une chose surprenante. Si vous n’avez rien, pourquoi voulez-vous épouser ma fille ?


LARFAILLOU.

C’est pour ça.


BELAZOR.

Mais, artisan saugrenu, vous la connaissez donc, ma fille ?


LARFAILLOU.

C’est moi que je raccommode sa pension.


BELAZOR.

Mais, malheureux ! vous ne savez donc point qu’elle a des millions de dot ?


LARFAILLOU.

Un peu que je le sais !


BELAZOR.

Et nonante-trois millions d’espérances ! Pourquoi voulez-vous épouser une fille qui a nonante-trois millions d’espérances ?


LARFAILLOU.

Est-il bête ! Mais c’est pour ça, mon p’tit père. (Il lui tape sur le ventre.)


BELAZOR.

Vous n’êtes pas même un homme bien élevé. Vous parlez un langage tout à fait dépourvu d’élégance.


LARFAILLOU.

C’est parce que je suis mal habillé. Si j’avais des belles frusques, comme vous, je ferais peut-être de belles phrases.


BELAZOR.

Je n’en suis pas convaincu. Vos discours respirent l’incohérence et vous m’en voyez surpris, pour ne pas dire scandalisé. Rétrogradez ! (On frappe bruyamment à la porte de gauche.) J’entends un léger bruit, ce sont mes invités, très-bien. (Voix