Page:Leblanc - L’Aiguille creuse, 1912.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
100
L’AIGUILLE CREUSE

violente, immonde, le heurta, une de ces odeurs de pourriture dont le souvenir, par la suite, vous obsède.

Oh ! cette odeur, il en eut le cœur qui chavira…

Et tout à coup, une main tremblante lui agrippa l’épaule.

— Eh bien ! quoi ? Qu’y a-t-il ?

— Beautrelet, balbutia M. Filleul… Beautrelet…

Il ne pouvait parler, étreint par l’épouvante.

— Voyons, Monsieur le juge d’instruction, remettez-vous…

— Beautrelet… il est là…

— Hein ?

— Oui… il y avait quelque chose sous la grosse pierre qui s’est détachée de l’autel… j’ai poussé la pierre… et j’ai touché… Oh ! je n’oublierai jamais…

— Où est-il ?

— De ce côté… Sentez-vous cette odeur ?… et puis, tenez… regardez…

Il avait saisi la bougie et la projetait vers une forme étendue sur le sol.

— Oh ! s’exclama Beautrelet avec un accent d’horreur.

Les trois hommes se courbèrent vivement. À moitié nu, le cadavre s’allongeait, maigre,