Page:Leblanc - L’Aiguille creuse, 1912.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
114
L’AIGUILLE CREUSE

ment sur la détente. Il suffisait d’un effort encore…

— Le papier, répéta Brédoux… Sinon…

— Le voici, dit Beautrelet.

Il tira de sa poche son portefeuille et le tendit au greffier qui s’en empara brusquement.

— Parfait ! Nous sommes raisonnable. Décidément, il y a quelque chose à faire avec toi… un peu froussard, mais du bon sens. J’en parlerai aux camarades. Et maintenant, je file. Adieu.

Il rentra son revolver et tourna l’espagnolette de la fenêtre.

Du bruit résonna dans le couloir.

— Adieu, fit-il, de nouveau… il n’est que temps.

Mais une idée l’arrêta. D’un geste il vérifia le portefeuille.

— Tonnerre de D…, grinça-t-il, le papier n’y est pas… Tu m’as roulé.

Il sauta dans la pièce.

Deux coups de feu retentirent. Isidore à son tour avait saisi son pistolet et il tirait.

— Raté, mon bonhomme, hurla Brédoux, ta main tremble… tu as peur…

Ils s’empoignèrent à bras-le-corps et roulèrent sur le parquet.

À la porte on frappait à coups redoublés.