Page:Leblanc - L’Aiguille creuse, 1912.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
152
L’AIGUILLE CREUSE

intervention. Je devinerai le truquage de la chapelle. Je découvrirai la crypte. Et comme la crypte sera vide, tout l’échafaudage s’écroulera.

« La crypte ne sera pas vide !

« De même, la mort de Mlle de Saint-Véran ne sera définitive que si la mer rejette son cadavre.

« La mer rejettera le cadavre de Mlle de Saint-Véran !

« La difficulté est formidable ? Le double obstacle infranchissable ?

« Oui, pour tout autre que Lupin, mais non pour Lupin…

« Ainsi qu’il l’avait prévu, je devine le truquage de la chapelle, je découvre la crypte, et je descends dans la tanière où Lupin s’est réfugié. Son cadavre est là !

« Toute personne qui eût admis la mort de Lupin comme possible eût été déroutée. Mais, pas une seconde, je n’avais admis cette éventualité (par intuition d’abord, par raisonnement ensuite). Le subterfuge devenait alors inutile et vaines toutes les combinaisons. Je me dis aussitôt que le bloc de pierre ébranlé par une pioche avait été placé là avec une précision bien curieuse, que le moindre heurt devait le faire tomber et qu’en tombant il