Page:Leblanc - L’Aiguille creuse, 1912.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
L’AIGUILLE CREUSE
17

nage. Vous avez tiré avec ce fusil, Mademoiselle, et de cette fenêtre ?

— Oui, l’homme atteignait la pierre tombale presque enfouie sous les ronces, à gauche du cloître.

— Mais il s’est relevé ?

— À moitié seulement. Victor est aussitôt descendu pour garder la petite porte, et je l’ai suivi, laissant ici en observation notre domestique Albert.

Albert à son tour fit sa déposition, et le juge conclut :

— Par conséquent, d’après vous, le blessé n’a pu s’enfuir par la gauche, puisque votre camarade surveillait la porte, ni par la droite, puisque vous l’auriez vu traverser la pelouse. Donc, logiquement, il est, à l’heure actuelle, dans l’espace relativement restreint que nous avons sous les yeux.

— C’est ma conviction.

— Est-ce la vôtre, Mademoiselle ?

— Oui.

— Et la mienne aussi, fit Victor.

Le substitut du procureur s’écria, d’un ton narquois :

— Le champ des investigations est étroit, il n’y a qu’à continuer les recherches commencées depuis quatre heures.