Page:Leblanc - L’Aiguille creuse, 1912.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
L’AIGUILLE CREUSE
329

par une grosse calotte de verre qui dépassait le plancher du pont et permettait d’inspecter les couches supérieures de la mer.

Et tout de suite une ombre glissa au-dessus d’eux.

— L’attaque va se produire. La flotte ennemie cerne l’Aiguille… Mais si creuse que soit cette Aiguille, je me demande comment ils vont y pénétrer…

Il prit le cornet acoustique :

— Ne quittons pas les fonds, Charolais… Où allons-nous ? Mais je te l’ai dit… À Port-Lupin… et à toute vitesse, hein ? Il faut qu’il y ait de l’eau pour aborder… nous avons une dame avec nous.

Ils rasaient la plaine de rocs. Les algues, soulevées, se dressaient comme une lourde végétation noire, et les courants profonds les faisaient onduler gracieusement, se détendre, et s’allonger comme des chevelures qui flottent.

Une ombre encore, plus longue…

— C’est le torpilleur, dit Lupin… le canon va donner de la voix… Que va faire Duguay-Trouin ? Bombarder l’Aiguille ? Ce que nous perdons, Beautrelet, en n’assistant pas à la rencontre de Duguay-Trouin et de Ganimard ! La réunion des forces terrestres et des forces