Page:Leblanc - Les Dents du Tigre, paru dans Le Journal, du 31 août au 30 octobre 1920.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Perenna ouvrit une fenêtre et poussa les volets.

— Dis donc, Alexandre. Tu n’es peut-être pas mort. Mais en revanche…

— En revanche ?

— Tu es vert.

Mazeroux eut un rire forcé.

— Ma foi, patron, je vous avoue que quand j’étais de faction, pendant que vous dormiez, je n’en menais pas large.

— Tu avais peur ?

— Jusqu’à la pointe des cheveux.

Il s’interrompit tellement la figure de don Luis exprimait d’étonnement.

— Qu’est-ce qu’il y a, patron ?

— Regarde… sur la table… cette lettre…

Il regarda.

Sur la table de travail, il y avait, en effet, une lettre, ou plutôt une carte-lettre dont la bande de fermeture avait été déchirée selon le pointillé, et dont on voyait l’extérieur avec l’adresse, le timbre et les cachets de la poste.

— C’est toi qui as mis cela ici, Alexandre ?

— Vous riez, patron. Vous savez bien que ce ne peut être que vous.

— Ce ne peut être que moi… et cependant, ce n’est pas moi…

— Mais alors ?…

Don Luis prit la carte-lettre et, l’ayant examinée, il constata que l’adresse et que les cachets de la poste avaient été grattés de telle façon qu’on ne pouvait distinguer ni le nom du destinataire, ni le lieu qu’il habitait, mais que le lieu de l’expédition était très net, ainsi que les dates :

« Paris, 4 janvier 1919. »

— La lettre est donc vieille de trois mois et demi, fit don Luis.

Il la retourna du côté de l’intérieur. Elle contenait une douzaine de lignes, et, tout de suite, il s’écria :

— La signature d’Hippolyte Fauville !

— Et son écriture, nota Mazeroux, je la reconnais maintenant. Pas d’erreur. Qu’est-ce que ça signifie ? Une lettre écrite par Hippolyte Fauville, trois mois avant sa mort…

Perenna lut à haute voix :


« Mon cher ami,

« Je ne puis, hélas ! que confirmer ce que je t’écrivais l’autre jour la trame se resserre. Je ne sais encore quel est leur plan et moins encore comment ils l’exécuteront, mais tout m’apprend que le dénouement approche. Je vois cela dans ses yeux à elle. Comme elle me regarde étrangement parfois ! Ah ! quelle infamie ! Qui donc aurait jamais supposé qu’elle serait capable… Je suis bien malheureux, mon pauvre ami. »