Page:Leconte de Lisle - Derniers Poèmes, 1895.djvu/155

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




SCÈNE II


les Mêmes, IÔN, LES SACRIFICATEURS.


IÔN, une épée à la main.

Femmes, retirez-vous du Sanctuaire. L’heure
Est venue. Allez ! Toi, malheureuse, demeure :
Il faut mourir. Les Dieux, ô devoir inhumain !
Ordonnent que ton sang soit versé de ma main.
Soumets-toi, car l’arrêt terrible est juste.


KRÉOUSA.

                                                                  Arrête !
La sainteté du Temple environne ma tête ;
Loxias me défend contre toi, meurtrier !
Et l’Autel que j’embrasse est mon sûr bouclier.
N’approche pas. Va ! Crains ton Dieu !


IÔN.

                                                               Parole vaine !
J’obéis à ce Dieu qui te condamne, ô Reine.