Page:Leconte de Lisle - Derniers Poèmes, 1895.djvu/200

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Consolez-vous, Esprits du Très-Haut, ayez foi !
Vous reverrez aux Cieux remonter votre Roi,
Rayonnant comme aux jours où, guidant vos phalanges,
Il refoula l’essaim impur des mauvais anges ;
Puissant, mais doux, semblable, au sortir du tombeau,
À l’éclat d’un jour pur sur un monde nouveau,
Et menant, aux reflets de l’auréole en flammes,
Vers l’Éden reconquis la famille des âmes !



________