Page:Leconte de Lisle - Derniers Poèmes, 1895.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




PARFUM DE HÈLIOS-APOLLON


L’Héliotrope



Radieuse Splendeur qui naquis la première !
Inévitable Archer, Titan, Porte-lumière,
Tueur du vieux Python dans le Marais impur,
Entends, exauce-nous. Œil ardent de l’azur,
Roi des riches saisons, des siècles et des races !

Éternel Voyageur aux flamboyantes traces,
Qui, joyeux, les cheveux épars, et jamais las,
De l’Orient barbare aux monts de la Hellas,
Loin du rose horizon où souriait l’Aurore,
Éveillant les cités, les bois, la mer sonore,
Pousses tes étalons hennissants et cabrés
Et franchis bonds par bonds l’orbe des cieux sacrés ;
Puis qui, debout, brûlant à leur plus haute cime,
Baignes tout l’Univers d’un seul regard sublime ;