Page:Leconte de Lisle - Derniers Poèmes, 1895.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.







C’était un soir du monde austral océanique.
Écarlate, à demi baigné des flots dormants,
Le soleil flagellait de ses rayonnements
Les longues houles d’or de la Mer Pacifique.

Les lames, tour à tour, et près de s’assoupir,
À travers le corail des récifs séculaires,
S’en venaient, le marbrant de leurs écumes claires,
S’éteindre sur le sable en un grave soupir.

Or, ce soir-là, tandis que, rose sur les cimes,
La lumière laissait la nuit, par bonds croissants,
Escalader les monts de versants en versants,
Sur le soc qui longeait la mer nous nous assîmes.