Page:Leconte de Lisle - Histoire populaire du Christianisme, 1871.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


SIXIÈME SIÈCLE.




Vers la trentième année du Ve siècle, tandis que les Vandales envahissaient l’Afrique, saint Augustin écrivait :

« L’Église et le clergé d’Afrique sont livrés à la débauche et à la crapule. On commet toute espèce d’impuretés, on s’enivre dans les cimetières, sur les tombeaux des martyrs et en leur honneur. »

Nous ne devons donc pas nous étonner que, depuis Genserik, tous les rois Vandales, conquérants Ariens et les plus violents d’entre les Barbares, sauf les Franks, aient presque anéanti le Catholicisme africain, jusqu’à l’arrivée de Bélisaire. Il n’en fut pas de même en Italie, où les mœurs n’étaient pas meilleures, mais que possédaient les