Page:Leconte de Lisle - Histoire populaire du Christianisme, 1871.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

étant mort le 13 juillet 572, le Saint-Siège resta vacant dix mois. Benoît Ier fut élu le 16 mai 573. Celui-ci mourut le 31 juillet 577, et Pélage II lui succéda.

Les évêques schismatiques devinrent alors si puissants sous la protection des Lombards, qu’ils se réunirent malgré Pélage II et condamnèrent solennellement le cinquième Concile général de Constantinople. Le pape eut recours à Smaragdus, Exarque de Ravenne, qui, à force de mauvais traitements, contraignit deux évêques, Élie et son successeur Sévère, de se rétracter. L’écrivain Paul Diacre suppose, à ce propos, que Pélage était légitimement possédé du Diable.

En 579, le Concile de Châlons-sur-Saône déposa deux évêques, Salonius d’Embrun et Sagittaire de Gap. C’étaient deux frères. Ils furent condamnés tous deux pour homicides et adultères. Il est probable qu’ils n’eussent été ni accusés ni condamnés pour si peu ; mais, le roi Gontran l’ayant voulu, cela fut fait.

Ce même Gontran fit décider, en 585, par un Concile qu’il réunit à Mâcon, que tout laïque serait tenu désormais de saluer les prêtres, moines et diacres qu’il rencontrerait. Il paraît que les laïques se dispensaient de rendre cet hommage aux ecclésiastiques.

Le pape Pélage mourut le 8 février 590. Le diacre Grégoire, depuis saint Grégoire le Grand, lui succéda.

Ce grand pape fit abattre les statues, les arcs de triomphe et autres monuments de l’ancienne