Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
199
LA PANTHÈRE NOIRE.


Et des monts et des bois, des fleurs, des hautes mousses,
Dans l’air tiède et subtil, brusquement dilaté,
S’épanouit un flot d’odeurs fortes et douces,
          Plein de fièvre et de volupté.

Par les sentiers perdus au creux des forêts vierges
Où l’herbe épaisse fume au soleil du matin ;
Le long des cours d’eau vive encaissés dans leurs berges,
          Sous de verts arceaux de rotin ;

La reine de Java, la noire chasseresse,
Avec l’aube, revient au gîte où ses petits
Parmi les os luisants miaulent de détresse,
          Les uns sous les autres blottis.

Inquiète, les yeux aigus comme des flèches,
Elle ondule, épiant l’ombre des rameaux lourds.
Quelques taches de sang, éparses, toutes fraîches,
          Mouillent sa robe de velours.

Elle traîne après elle un reste de sa chasse,
Un quartier du beau cerf qu’elle a mangé la nuit ;
Et sur la mousse en fleur une effroyable trace
          Rouge, et chaude encore, la suit.

Autour, les papillons et les fauves abeilles
Effleurent à l’envi son dos souple du vol ;
Les feuillages joyeux, de leurs mille corbeilles ;
          Sur ses pas parfument le sol.