Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
200
POÈMES BARBARES.


Le python, du milieu d’un cactus écarlate,
Déroule son écaille, et, curieux témoin,
Par-dessus les buissons dressant sa tête plate,
          La regarde passer de loin.

Sous la haute fougère elle glisse en silence,
Parmi les troncs moussus s’enfonce et disparaît.
Les bruits cessent, l’air brûle, et la lumière immense
          Endort le ciel et la forêt.