Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
225
LA CHUTE DES ÉTOILES.

Comme vous, dans l’ombre sans bornes,
Heureux qui roule enseveli !
Celui-là vers la paix s’élance :
Haine, amour, larmes, violence,
Ce qui fut l’homme est aboli.
Donnez-nous l’éternel silence,
Ô lampes qui versez l’oubli !