Page:Leconte de Lisle - Poèmes barbares.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
288
POÈMES BARBARES.


Mange, père ! — Diego murmure une oraison ;
Et tous deux, s’asseyant côte à côte à la table,
Graves et satisfaits, mangent la venaison,

En regardant saigner la Tête lamentable.