Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les palpitantes Immortelles
D’un trait certain et radieux ;
Et, réglant l’Éther spacieux,
Présidant aux lois éternelles,
Tu sièges parmi les grands dieux,
Toi, par qui la terre féconde
Gémit sous un tourment cruel,
Éros, Éros, dompteur du monde,
Éros, dominateur du ciel !


PÂRIS.


Enfant divin, sois-moi favorable ! Attendrai-je
Que l’âge sur ma tête ait secoué sa neige
Et flétri pour jamais les roses et mon cœur ?
Ô volupté, nectar, enivrante liqueur,
Ô désir renaissant et doux, coupe de flamme,