Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Désirs que rien ne dompte, ô robe expiatoire,
Tunique dévorante et manteau de victoire !
C’est peu d’avoir planté d’une immortelle main
Douze combats sacrés aux haltes du chemin ;
C’est peu, multipliant sa souffrance infinie,
D’avoir longtemps versé la sueur du génie ;
Ô source de sanglots, ô foyer de splendeurs,
Un invisible souffle irrite vos ardeurs ;
Vos suprêmes soupirs, avant-coureurs sublimes,
Guident aux cieux ouverts les âmes magnanimes,
Et sur la hauteur sainte, où brûle votre feu
Vous consumez un homme et vous faites un dieu !