Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




VI



CHANT ALTERNÉ.




Déesse athénienne aux tissus diaphanes,
Ton peuple, ô blanche Hellas, me créa de ses mains.
J’ai convié les dieux à mes baisers profanes ;
D’un immortel amour j’ai brûlé les humains.