Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



          Oh ! combien vous avez baisé
          De bras, d’épaules adorées,
          Au bord des fontaines sacrées,
          Sur la colline au flanc boisé !

Dans les vallons d’Hellas, dans les champs Italiques,
Dans les Îles d’azur que baigne un flot vermeil,
Ouvrez-vous toujours l’aile, Éolides antiques ?
Souriez-vous toujours au pays du Soleil ?

          Ô vous que le thym et l’égile
          Ont parfumés, secrets liens
          Des douces flûtes de Virgile
          Et des roseaux siciliens ;