Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




VIII. HYMNE.


Vierges, louez Diane, et vous, adolescents,
Apollon Cynthien aux cheveux florissants ;
Louez Latone en chœur, cette amante si chère.

Vous, celle qui se plaît aux feuillages épais
D’Érymanthe, aux grands cours d’eau vive, ou qui préfère
La verdeur du Cragus ou l’Algide plus frais.

Vous, le carquois sacré, l’épaule, la cithare
Fraternelle, et Tempé, l’honneur thessalien !
Et la mer murmurante et le bord délien.

Louez ces jeunes dieux. Sur le Dace barbare
Qu’ils détournent, émus de vos chants alternés,
La fortune incertaine et les maux destinés.