Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




XXVIII



SOURYA.



HYMNE VÉDIQUE



Ta demeure est au bord des océans antiques,
Sourya ! Les grandes eaux lavent tes pieds mystiques.

Sur ta face divine et ton dos écumant
L’abîme primitif ruisselle lentement.
Tes cheveux qui brûlaient au milieu des nuages,
Parmi les rocs anciens déroulés sur les plages,
Pendent en noirs limons, et la houle des mers