Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ô lamentable jour, ineffaçable injure !
          Ce suppliant était un dieu !

ÉPODE


Couronné de printemps, chargé d’hivers arides,
Né d’un père héroïque ou d’un humble mortel,
Entre, qui que tu sois, au palais des Atrides ;
De Pallas bienveillante embrasse en paix l’autel.
Reçois en souriant la coupe hospitalière
Où le vin étincelle et réjouit tes yeux,
          Et préside au festin joyeux,
          Le front ceint de rose et de lierre,
          Étranger qui nous viens des dieux !