Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




III


HÉLÈNE, DÉMODOCE, PÂRIS. — CHŒUR DE FEMMES. —
CHŒUR D’HOMMES.


HÉLÈNE.


Oui, sois le bienvenu dans l’antique contrée
De Pélops, Étranger à la tête dorée.
Si le sort rigoureux t’a soumis aux revers,
Viens ! des cœurs bienveillants et droits te sont ouverts.
Mais, sans doute, en ton sein l’espérance fleurie
Habite encor. Dis-nous ton père et ta patrie.
Est-il un roi, pasteur de peuples ? Que les dieux
Gardent ses derniers jours des soucis odieux ;
Qu’il goûte longuement le repos et la joie !