Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PÂRIS.


J’ai respiré le jour dans l’éclatante Troie.
C’es le saint Ilion, demeure des humains.
Les fils de Dardanos, fils de Zeus, de leurs mains
L’ont bâtie au milieu de la plaine féconde
Que deux fleuves divins arrosent de leur onde.
Mais Ilos engendra le grand Laomédon,
Et lui, Priam mon père, et Pâris est mon nom.


HÉLÈNE.


Sur le large océan à l’humide poussière,
N’as-tu point rencontré de trirème guerrière,
Qui se hâte et revienne aux rivages d’Hellas ?
Tes yeux n’ont-ils point vu le divin Ménélas ?