Page:Leconte de Lisle - Poëmes antiques, 1852.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Courbèrent de terreur leurs feuillages mouvants ;
La source s’arrêta sur les pentes voisines,
Et l’Ida frémissant ébranla ses racines ;
Et de sueurs baigné, plein de frissons pieux,
Pâle, je pressentis la présence des dieux.

De ce nuage d’or trois formes éclatantes,
Sous les plis transparents de leurs robes flottantes,
Apparurent, debout sur le mont écarté.
L’une, fière et superbe, avec sérénité,
Dressa son front divin tout rayonnant de gloire,
Et croisant ses bras blancs sur son grand sein d’ivoire :
Fils heureux de Priam, tu contemples Héré,
Dit-elle, et je frémis à ce nom vénéré.
Mais d’une voix plus douce et pleine de caresses :
Ô pasteur de l’Ida, juge entre trois déesses.