Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t2, 1887.djvu/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LOUIS RATISBONNE


1827




Louis-Gustave-Fortuné Ratisbonne, né à Strasbourg, donna, de 1852 à 1857, les trois volumes de la traduction en vers de la Divine Comédie ; en 1852 Au printemps de la vie, puis La Comédie enfantine et Les Figures jeunes.

Il a le vers heureux. Le public, qui le lit facilement, aime sa brillante traduction de Dante et ses Figures jeunes. On pourrait citer de lui, dans plus d’un genre, des strophes coulées de source, qui ne sentent point l’école et qui sont dans le vrai génie français.

Sa Comédie enfantine est une œuvre toute nouvelle, parfaite dans son genre. L’auteur y met à nu le cœur des petits garçons et des petites filles, flagelle les premiers vices et raille les premiers ridicules de l’humanité. Le petit monde, dont il est le classique, le comprend et l’aime. Et le père lit par-dessus l’épaule de sa femme ce livre de famille.

A. France.





LA POUPÉE OUVERTE




Madeleine, une enfant, était fort occupée,
      Tout en riant à belles dents,
À plonger les ciseaux au cœur de sa poupée,
                 Pour voir ce qu’elle avait dedans.