Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t2, 1887.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





MARC MONNIER


1829-1885




Marc Monnier, né à Florence, d’un père français et d’une mère genevoise, a beaucoup écrit dans divers genres et toujours montre du savoir et de l’esprit. Les Comédies de Marionnettes lui assurent parmi les poètes satyriques un rang fort distingué. Personne n’a le trait plus gaulois que M. Marc Monnier. C’est que nul non plus ne s’est nourri, comme lui, des grands maîtres du xviime et surtout du xvime siècles. Pas de clinquant, ni de faux métal dans ses poèmes : cela sonne juste et ferme. On trouve ces qualités dans son œuvre, soit qu’il se livre à son goût particulier pour le rire, soit qu’il s’abandonne à des inspirations plus douces et quelquefois même à une certaine mélancolie.

M. Marc Monnier a donné en outre comme poésies : Récits et Monologues, et comme prose : Nouvelles napolitaines. Ses œuvres se trouvent chez A. Lemerre.

E. Ledrain.



LE TRIOMPHE




Les buissons déjà frais, la forêt déjà sombre
Écartent les rayons du soleil qui s’enfuit,
Et la montagne, au loin faisant planer son ombre,
Dans la plaine à ses pieds a commencé la nuit.