Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t3, 1888.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





GUSTAVE RIVET


1848




Gustave Rivet, né le 25 février 1848 à Domène, près Grenoble, est un politique et un poète, un rêveur et un homme d’action. Il est actuellement député de l’Isère.

Dès le collège, Gustave Rivet publiait ses rimes dans les journaux du quartier latin, et on a de lui diverses petites plaquettes fantaisistes, œuvres de la dix-huitième année. En 1873 il donna Les Voix perdues, livre dans lequel apparaissent les deux faces de son caractère. La première partie contient des vers politiques « d’un mâle patriotisme et d’une virile inspiration, » a dit M. A. Barbou ; la deuxième partie, d’un sentiment plus doux, répond à ce qu’il y a de tendre et de passionné dans l’âme du poète.

Au théâtre, Gustave Rivet s’est fait connaître par Le Cimetière Saint-Joseph, poème dramatique en deux tableaux, représenté à l’Alhambra et à Cluny, et par Le Châtiment, drame en prose en quatre actes, dans lequel il défendait déjà la thèse sociale qu’il a posée plus tard devant la Chambre des députés : la recherche de la paternité. Enfin, il a écrit pour l’Odéon Marie Touchet, drame en vers, qui a été fort applaudi.

Les œuvres de Gustave Rvet ont été éditées par A. Lemerre, Dreyfous et Mme veuve Tresse.

a. l.