Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t3, 1888.djvu/379

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LÉON DUVAUCHEL


1850




Léon Duvauchel, poète et romancier, est né à Paris en 1850. Un premier recueil de vers, Le Médaillon (1875), avait éveillé l’attention des connaisseurs. Le succès de l’auteur n’a fait que se confirmer par la publication de La Clé des Champs (1881). À côté, et comme en regard de scènes rustiques d’une franche tonalité, deux poèmes patriotiques, Le Petit Soldat et Rouget de Lisle à Choisy-le-Roi, ont attesté chez lui la virilité d’un esprit qui a de plus en plus conscience de sa force.

Ce « Parisien de Paris, » comme il aime à se qualifier lui-même, a la fibre française au plus haut point. La chaude netteté de l’accent en est la marque incontestable. Une émotion de bon aloi fait équilibre chez lui, dans l’ordre des sentiments affectueux, à la sève gauloise. Mais sa véritable supériorité consiste à étudier la nature sous ses aspects divers, à la pénétrer dans ses mystérieuses évolutions, à ne négliger aucune nuance du familier au grandiose, à reproduire également les contrastes et les harmonies. Voilà ce qui fait de Léon Duvauchel un poète à l’inspiration saine, à l’originalité vigoureuse.

Comme prosateur, il a écrit un beau roman, La Moussière (1886), qui révèle une connaissance approfondie des mœurs forestières.

Les œuvres de Léon Duvauchel ont été éditées par Jouaust, Tresse et A. Lemerre.

Jules Levallois.


____________