Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





FERNAND ICRES


1856




Original parmi tous les poètes de sa génération, Icres (Jean-Louis-Marie-Fernand) naquit, le 15 novembre 1856, aux Bordes-sur-Arize, non loin de la Grotte du Mas-d’Azil, au pied des Pyrénees. Élève des lycées de Cahors et de Montauban, aussitôt qu’il eut terminé ses études, il quitta le Quercy. Paris l’attirait ; il s’y rendit. À peine âgé de vingt ans, et ses malles bondées de manuscrits qu’il eut plus tard le courage de détruire après en avoir reconnu l’insuffisance, il publia chez l’éditeur de la Pléiade contemporaine, et sous le pseudonyme de Crésy, musical anagramme de son rude nom de montagnard, ses premières rimes : Les Fauves, que suivit bientôt un récit très hardi : Le Justicier. Ses œuvres de début lui valurent les encouragements de ses aînés, qui le tenaient déjà pour un artiste de race et qui ne peuvent que l’applaudir sans restriction pour son dernier recueil de poésies : Les Farouches, où se trouvent insérées de nombreuses pièces qui lui ramèneront de bons ouvriers en style que ses audaces souvent excessives avaient quelque peu écartés de lui.

Fernand Icres est l’auteur d’un drame ayant pour titre : Les Bouchers, de deux romans : Perle et Le Café de l’Antre, et d’un volume de nouvelles : Les Amours baroques.

Ses œuvres poétiques ont été éditées par A. Lemerre.

Léon Cladel.