Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
105
ARTHUR RIMBAUD.


LES EFFARÉS





Noirs dans la neige et dans la brume,
Au grand soupirail qui s’allume
          Leurs culs en rond,

À genoux, cinq petits — misère ! —
Regardent le boulanger faire
          Le lourd pain blond…

Ils voient le fort bras blanc qui tourne
La pâte grise et qui l’enfourne
          Dans un trou clair.

Ils écoutent le bon pain cuire.
Le boulanger au gras sourire
          Chante un vieil air.

Ils sont blottis, pas un ne bouge,
Au souffle du soupirail rouge,
          Chaud comme un sein,

Et quand pour quelque médianoche,
Façonné comme une brioche,
          On sort le pain ;

Quand sous les poutres enfumées
Chantent les croûtes parfumées
          Et les grillons ;

Quand ce trou chaud souffle la vie,
Ils ont leur âme si ravie
          Sous leurs haillons,