Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
276
ANTHOLOGIE DU XIXe SIÈCLE.


ROSE




Rose, la petite servante
De la ferme des Trois-Ormeaux,
Est une vertu décevante,
Dont l’œil bleu cause bien des maux.

Elle a de si charmantes poses !
Et puis, le dimanche au sermon,
Rose arbore des rubans roses
Et des airs de petit démon.

Les gars font cercle sur la place,
Les mains propres et bien rasés,
En attendant que Rose passe.
Rose refuse leurs baisers.

Un Don Juan, fier sous sa blouse,
Lui dit : « Viens au bois un moment,
Puis je jure que je t’épouse ! »
Mais Rose sait très bien qu’il ment.

On murmure que le vicaire
Cherche à prêcher aux Trois-Ormeaux.
Rose ne s’effarouche guère
Et rit très fort de ses grands mots.

Rose va, narguant tout le monde,
Très sage, on ne peut le nier.
C’est le temps de la neige blonde,
Il pleut des fleurs de marronnier !