Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LOUIS MARSOLLEAU


1864




Louis Marsolleau est né à Brest le 21 juin 1864. En 1886, il a publié son premier volume de vers : Les Baisers perdus. Nature étrange où les dons les plus divers se mêlent et se confondent. M. Marsolleau nous apparaît comme un voluptueux et un sentimental. La chair et l’âme se font entendre à la fois dans son livre très personnel et ou le poète s’est mis lui-même tout entier sans arrière-pensée, avec la sincérité de sa jeunesse. À coté des images ardentes et de la folie d’amour, on rencontre des délicatesses qui vont presque jusqu’au madrigal ou à la mièvrerie la plus raffinée. Avec des mots ingénieux M. Marsolleau sait rendre les situations les plus osées et les passions les plus hardies.

Dans son prochain volume, L’Amour de la Vie, le poète montrera toutes les qualités du début, mais avec quelque chose de plus intime peut-être et de plus mélancolique. Ce qui distingue cet artiste si fin, c’est qu’il ne songe jamais à prendre la plume pour aligner des mots et faire sonner des rimes, mais pour rendre les sentiments et les sensations dont il est tourmenté. Ses vers sont essentiellement vivants et tout pleins de lui-même, ce qui ne les empêche pas d’appartenir à l’art le plus habile.

L’œuvre poétique de M. Marsolleau parait chez A. Lemerre.

E. Ledrain.