Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





MAURICE BOUCHOR


1855




Maurice Bouchor, né le 16 novembre 1855, a publié, à l’âge de dix-neuf ans, ses premiers vers, Les Chansons joyeuses (1874) ; il a donné ensuite Les Poèmes de l’Amour et de la Mer ( 1876), le Faust moderne (1878), les Contes Parisiens (1880), L’Aurore (1883), Les Symboles (1888) et Dieu le veut, drame (1888). M. François Sauvy, dans la Revue libre, a ainsi jugé le poète des Symboles : « Après s’être quelque temps complu dans un matérialisme un peu superficiel dont les Chansons joyeuses donnèrent la note, matérialisme bientôt relevé d’un fervent amour de la nature dont en trouvera l’empreinte dans les Poèmes de l’Amour et de la Mer, l’auteur ne tarda pas a mesurer le vide et l’insuffisance de cette doctrine avec laquelle bon nombre d’actes humains restaient sans explication. M. Bouchor a traduit lui-même dans le Faust moderne l’espèce de dépression morale et les réelles souffrances qu’entraînaient des théories pessimistes aussi peu faites pour lui...

« Tiraillé entre son panthéisme mystique et sa recherche d’un Dieu personnel, il s’efforce de concilier ces tendances de manière à satisfaire à la fois « son désir d’un entier repos de l’âme au sein de Dieu et le rêve d’une immortalité active consacrée au triomphe de la justice. » Au tumulte des idées, nous dit-il, s’ajouta le confit des sentiments, et de cette crise sortit L’Aurore.

Laissons-le maintenant exprimer lui-même les idées qui le guident aujourd’hui : « Je résolus d’exprimer mon adoration de l’Être inconnu en me servant des plus belles paroles qui, dans tous les temps, eussent jailli de l’âme humaine. J’admettrais les dogmes les plus différents pourvu que