Page:Lenéru - La Triomphatrice.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
24
la triomphatrice


Brémont.

Elle a su se faire attendre… On dit qu’elle aurait pu précéder la princesse Czarhedine.


Flahaut, avec une certaine amertume.

En tout cas, chez elle, personne n’a précédé Sorrèze.


Brémont.

Allons donc ! et Fréville ?


Flahaut.

Jamais.


Brémont.

Fréville ne se serait pas tué…


Flahaut, fiévreux.

Fréville m’a dit huit jours avant sa mort : ce qu’on perd, on l’a eu. Mais ce qui vous manque, ce qui vous manquera toujours, ce dont personne ne vous croit frustré, voilà la ruine et la catastrophe.


Brémont.

Fréville avait du talent… À votre place, je demanderais tout simplement la vérité à Claude.


Flahaut.

Je ne tiens pas à la connaître.


Brémont, après un temps.

Et puis, ton mépris de la gloire… Allons donc ! Si on lui disait que ce n’est pas elle qui décrochera le prix Nobel…


Flahaut.

195 000 francs.


Brémont.

195 000 francs. Oui, mais en attendant, voilà Sorrèze qui s’agite ; lui, si dédaigneux jusque-là…