Page:Lenéru - La Triomphatrice.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
27
la triomphatrice

coupable d’incompréhension : il ne les a pas lus. Enfin, vous vous trompez et vous lui servez à quelque chose. Il dit du mal ou du bien de vous, peu importe, il n’est pas méchant, un écho est un écho, c’est toujours cinq francs.


Claude.

Ah, bon ! alors qu’il vienne. D’ailleurs, j’ignore bien ce qu’il faudrait faire pour l’en empêcher.


Flahaut.

Et puis, vous savez, ses échos… il n’est pas le seul. Il va y avoir un article sur vous dans la Revue de France.


Claude.

Encore…


Flahaut.

Un article de moi.


Claude.

Flahaut, c’est le troisième depuis un an. Vous ne vous renouvelez pas.


Flahaut.

Dites plutôt que je fais preuve de méthode et d’esprit de suite : « Claude Bersier, le style », « Claude Bersier et les femmes »…


Claude.

Et à présent ?


Flahaut.

« Claude Bersier et l’homme ».


Claude.

Cela va m’instruire.


Flahaut.

Pourrai-je vous en faire la lecture ?


Claude.

Mais, puisque nous voilà tranquilles, allez-y.