Page:Lenéru - La Triomphatrice.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
31
la triomphatrice


Denise.

Enfin, maman, vous n’êtes pas si raide que cela ?


Claude, rieuse.

Oh ! moi je ne suis pas raide : je suis pire.


Flahaut, souriant.

Alors Claude Bersier est iune mère aux idées étroites ?


Claude, à sa fille.

Qu’est-ce que tu tiens là ?


Denise, vivement.

Rien du tout, maman, je vous dirai plus tard.


Claude, lui enlevant un rouleau.

Un manuscrit… un manuscrit de toi !


Denise, au supplice.

Non, maman, non, je vous assure.


Claude.

Avoue donc, c’est ce que tu as de plus spirituel à faire (Très amusée.) Flahaut, un manuscrit de ma fille !


Denise.

Maman, vous êtes cruelle, ne le lui montrez pas !


Claude, qui parcourt le manuscrit.

Ah ! tu peux être tranquille… personne ne verra ça.


Denise.

Vous êtes décourageante… Pourquoi ne ferais-je pas de la littérature comme tout le monde ?