Page:Lenéru - La Triomphatrice.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
76
la triomphatrice


Claude, a les larmes aux yeux.

Grand Dieu ! mais si ma mère… si elle avait vécu comme je l’ai fait… Je ne souhaite pas à ma petite Denise de voir sa vie étouffée à quarante ans.


Bersier.

Voilà qui vous juge, faire le bonheur de sa fille vous paraît une vie étouffée.


Claude, énervée.

Ah ! voyons, qu’elle y collabore un peu à ce bonheur… il n’en vaudra que mieux.


Bersier.

Dieu me sauve des femmes ouvrières de leur bonheur.


Claude.

Croyez qu’elles aimeraient mieux qu’on s’en chargeât.


Bersier.

En ce cas-là, ma chère, elles en rencontrent plus d’un.


Claude.

Ah ! en voilà assez… Faut-il que j’aime la vie pour que malgré vos scènes, malgré vos reproches, malgré vos voix et malgré vos yeux, j’arrive encore à bander en moi-même l’arc difficile du travail quotidien… Que ne travaillez-vous, Henri, que ne travailles-tu, Denise !


Bersier.

Taisez-vous, on a sonné… le coup de sonnette de Sorrèze. (Sarcastique.) Ah ! voilà un travailleur. (Claude se tait.) Il y a longtemps que je n’ai vu Sorrèze… Comment va son foie ? (Claude garde un silence impatient). Mon Dieu, ma chère, que voulez-vous ? on apprend à vivre, on se fait à toutes les situations… le plus fort est que c’est vous qui soyez choquée.