Page:Lenoir-Rolland - Poèmes épars, 1916.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
34
POÈMES ÉPARS

« Entends-tu les éclats de leur rire sauvage ?
« Mon fils, Dieu te fit libre au jour que tu naquis !
« Ton père te légua sa gloire et son courage ;
« Il t’aima, te bénit, comme je te bénis !
« Et nous, qu’il chérissait, nous porterions la chaîne !…
 « Nous n’en serons pas à la peine !

 Lorsque de l’abrupte sommet
 Le fils et la mère bondirent,
 Deux longs cris de mort s’entendirent !
 Puis, le val redevint muet !


Montréal, 20 mai 1848.